0
0
 

L'HISTOIRE

L’intention de Marie-Sophie Dion, en créant le bar à lunettes, était de cacher les montures du regard des clients. Depuis, plusieurs milliers de gens y sont venus et revenus, et ne jurent aujourd'hui que par le BàL.

 
 

Fraîchement sortie de l’école d’optique de Longueuil, au Québec, Marie-Sophie Dion ouvre en 1992 sa première boutique à Sherbrooke. Elle offre à la clientèle de sa ville natale des montures européennes créatives, accompagnées de conseils judicieux. Sous le slogan "Pas froid aux yeux!", elle attire une clientèle avide de beaux objets et de lunettes qui se démarquent. Les adeptes proviennent de régions de plus en plus éloignées, et se reconnaissent en se saluant. Ce succès la pousse à déménager dans un espace plus grand, et à s’entourer d’une équipe d’opticiens aussi passionnés qu’elle.

IMG_0697.JPG

Forte de ses vingt-cinq années à voyager dans le but de découvrir les nouveaux talents du domaine, elle assure l'importation des plus belles collections au monde. Aucun designers de sacs à main ou de vêtements ne signent les modèles qu'elle choisit. "Les vrais créateurs de lunettes ne font QUE des lunettes" de dire Marie-Sophie, qui siège annuellement au jury du plus grand concours de design au monde, durant la Fashion week de Paris. L'inventaire des quatre bars à lunettes évolue donc à chaque semaine, au fil des trouvailles de l'opticienne.

Les journalistes tombent sous le charme du concept Bar à lunettes et écrivent sur le sujet, provoquant un engouement provincial. Ceci pousse Marie-Sophie à ouvrir un deuxième « bar » sur la rue McGill, dans le Vieux-Montréal. Forte de ce second succès, elle ouvre en 2010 une succursale sur la Rive-Sud, à Saint-Lambert. Plus tard, en juin 2013, elle relève le défi d’ouvrir une quatrième succursale dans la ville de Laval, poussant le nombre d'employé(e)s opticien(ne)s à 25.